publie 10 avril 2016

ATELIER 5 : accueil-Ressources

ATELIER 5 : ACCUEIL

exemple : ATELIER : ACCUEIL, jeux libres d’exploration, de manipulation de la matière dans un cadre spatial imparti

 

 

 

 

Le jeu libre revêt une importance particulière dans le processus d’apprentissage de l’enfant.
Celui-ci construit par ce biais des savoirs informels, à son rythme, et selon son propre parcours, qui lui ouvriront l’accès aux apprentissages explicites.
Dans un jeu libre, l’enfant choisit quand et comment il joue, dans un cadre temporel et spatial imparti. Il prend ses propres décisions. L’enseignant ou l’enseignante n’assure aucun guidage direct, mais peut susciter l’imitation. Dans certaines situations, particulièrement dans les jeux symboliques, sa présence trop proche ou son intervention peuvent amener l’enfant à abandonner son jeu ou à interrompre des échanges avec ses pairs.



A l’école maternelle, l’appellation « jeu libre » peut être retenue malgré l’influence exercée par l’enseignant au travers des aménagements, du matériel à disposition ou de ses actions d’accompagnement. Dans le jeu libre, l’enfant évolue dans un cadre riche et diversifié pensé par l’adulte ; il en modifie l’aménagement et l’organisation, et s’y construit son propre parcours. C’est toujours l’enfant qui choisit son jeu et sa manière d’y jouer, même si l’enseignant prend ponctuellement l’initiative d’amener du langage, de susciter l’imitation ou d’apporter un « coup de pouce » informel.
Les jeux libres peuvent mobiliser des jouets éducatifs tels que des objets roulants, poupées, personnages, décors, éléments de construction, etc. Ceux-ci se combinent avec d’autres objets aux fonctions non ludiques présents dans l’environnement proche. Ils peuvent d’autre part s’exprimer dans l’exploration créative d’objets hétéroclites tels que plots, bassines, rouleaux, pelotes, bouteilles plastiques vides, roues, textiles et autres, dans la classe, la cour de récréation ou en d’autres lieux de l’école

 

Pour que les enfants soient en mesure de pratiquer des jeux libres, certaines conditions sont indispensables :
• aménagement de l’espace adapté et repères explicites pour l’enfant ;
• matériel à disposition diversifié, évolutif selon une programmation par périodes et facile d’accès (rangements sans empilements et à hauteur adaptée) ;
• conditions d’utilisation et règles de comportement explicites.
voir document sur Eduscol : (page 7-8) http://cache.media.eduscol.education.fr/file/Apprendre/30/3/Ress_c1_jouer_jouerapprendre_458303.pdf

 

Dans le jeu structuré, l’enseignant initie le jeu en vue de faire acquérir explicitement des apprentissages spécifiques à l’enfant. Ce dernier adhère spontanément ou en réponse au
processus de dévolution mis en œuvre par l’enseignant.Tout en conservant son aspect ludique, le jeu structuré comporte des objectifs d’enseignement. Dans les phases de jeu, l’enfant conserve sa liberté d’agir, de prendre des décisions, de faire ses essais, de construire sa propre expérience. 

Deux niveaux de structuration peuvent être définis :
•Niveau 1 - Séance structurée simple (S1)  : c’est une séance de jeu initiée par l’enseignant dans laquelle les apprentissages ne sont pas formalisés (exemple : un jeu de société que les enfants ne connaissent pas et auquel ils apprennent à jouer avec l’enseignant).


•Niveau 2 - Séance structurée avec formalisation (S2) : le jeu
est intégré dans une séquence d’enseignement et offre le contexte d’où émergeront des apprentissages ciblés. Il est précédé systématiquement d’une ou plusieurs séances de jeu libre et/ou de jeu structuré (S1) au cours desquelles l’enfant s’est approprié le jeu. La formalisation est alors effectuée au cours de phases réflexives pendant, après et/ou avant le jeu. 


Cette pratique n’est réellement pertinente qu’à partir de cinq ans environ.

document sur Eduscol (page 9 à 14) :

http://cache.media.eduscol.education.fr/file/Apprendre/30/3/Ress_c1_jouer_jouerapprendre_458303.pdf